NouvellesDesCommissaires

  Consultation  

 

TÉO

 

calendrier activites
Février 2018
D L Ma Me J V S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 1 2 3

 

Rapport annuel 2016 2017 Page 01

 

 

 

 

Entrevue avec Annie Blanchard

Cité étudiante de la Haute-Gatineau
Par Rebecca Houle et Molly Gatineau

 

Vous connaissez tous probablement l’émission de chant Star Académie.  Émission qui a propulsé la carrière de nombreux artistes, tels Maxim Landry et Marie-Mai.  Mais aussi, celle d’Annie Blanchard, interprète de la fameuse chanson « Évangéline ».  Nous avons eu la chance d’avoir un entretien avec elle. Nous nous sommes présentées comme deux élèves de cinquième secondaire, qui vivaient l’expérience de journaliste pour la première fois. Elle s’est montrée très accueillante et nous a fait comprendre que nous n’avions pas à être stressées.

 

Originaire du Nouveau-Brunswick, elle dit avoir découvert son amour pour la musique dès son plus jeune âge. Elle chantait dans de petits bars de sa région et à des soirées amateurs, tout en suivant un cours de coiffeuse pour ouvrir son propre salon. Après quelques années, elle eut envie d’approfondir sa passion pour la musique. De là, sa participation au Gala de la chanson de Caraquet.  Le plus gros concours de chant dans les maritimes, lieu où plusieurs artistes ont fait leurs premiers pas. Elle dit que c’est à ce moment, exactement, qu’elle a eu la piqûre pour la musique. Pour se rendre où elle est aujourd’hui, elle eut beaucoup de soutien, mais surtout de la part de ses amis, qui l’encourageait beaucoup. Ses parents étaient plutôt du genre craintifs. Ils ne l’ont jamais empêché de faire de la musique, mais lui suggéraient grandement de continuer ses études pour avoir un autre gagne-pain. Ils savaient que ce n’était pas un métier facile et voulaient qu’Annie réussisse à avoir une certaine stabilité financière. Aujourd’hui, elle vit de sa musique depuis 11 ans. Elle se considère très privilégiée, car elle sait que ce n’est pas tout le monde qui le peut.  Elle nous explique : « J’ai toujours dit n’avoir jamais emprunté la grande autoroute, mais plutôt la petite route cahoteuse avec  beaucoup de roches et beaucoup de croches. »  Elle est contente de ceci, car elle dit avoir grandi dans ce petit chemin. Ceci-ci lui a permis de voir la réalité du métier. Elle a dût prendre les devants pour bâtir sa carrière. Elle n’attendait pas à côté du téléphone pour qu’une proposition de travail vienne à elle. Elle a dû travailler très fort pour se rendre où est elle, mais se sont des efforts qui en ont valu la peine. « Qui ne risque rien n’a rien! »  Toujours dans une ambiance intime et confortable, nous avons continué notre entrevue.

 

L’appellation artiste lui convient parfaitement, elle aime d’avantage celle-ci plutôt « qu’ex-académicienne », étiquette qui lui est souvent attribuée. Elle ne renie en aucun cas y avoir participé par contre. C’est aussi, en grande partie, grâce à ceci que sa carrière a commencé. Dans son travail, ce qu’elle considère comme étant le plus gratifiant, est le soutien du public. Lorsque les gens viennent témoigner des situations vécues par rapport à ces chansons, ça lui donne l’impression d’avoir ajouté un petit quelque chose dans la vie de ceux-ci.

 

Pour Annie, ce qui est le plus difficile dans ce métier c’est être constamment sur la route. De ne pas pouvoir être dans ses petites affaires quand elle le veut est quelque peu pénible, et ce, malgré la grande complicité qu’elle a avec ses musiciens. Des personnes qu’elle considère comme ses frères, chacun jouant des rôles importants. Elle reconnait qu’ils travaillent très fort et qu’ils sont toujours prêts et à leur affaire de manière très professionnelle.  Elle ne pourrait travailler avec des personnes qui n’ont pas la même discipline qu’elle.

 

Il y a certains artistes qui ont influencé son choix de carrière, tels Isabelle Boulay et Zachary Richard, chanteurs qui ont une grosse influence sur la culture acadienne. Le fait qu’eux aussi proviennent de petits villages encourageait Annie dans ses démarches. Depuis un an ou deux, elle est totalement présente lors de la conception de ses albums. Elle est productrice de ses spectacles, elle connaît les budgets, elle est davantage au courant de ce qui se passe dans ses tournées et elle est plus investie. Ce, malgré le grand changement dans l’industrie de la musique. Il est de plus en plus complexe de vendre un album ou bien de monter un spectacle. Il ne suffit que de s’adapter à ceci et être créatif. Il lui est tout de même arrivé de refuser des propositions de travail, car elles n’étaient tout simplement pas faites pour elle et ne respectaient pas son style habituel. Dans ces cas présents, elle préfère les refuser et les laisser à d’autres qui sauront les exécuter en fonction de leurs habitudes.

 

Son plus grand rêve serait d’aller travailler à Nashville une journée ou deux, car c’est le paradis du country et plusieurs artistes vont enregistrer là-bas. Pour ce qui est de ses projets futurs, elle parle de la tournée des spectacles et de show en collaboration avec d’autres artistes et musiciens. « La musique au Québec a encore un très bel avenir. Il suffit de s’adapter à la nouvelle façon de faire les choses », nous dit Annie. Les artistes doivent aussi avoir un bon support du public, pour pouvoir vendre des albums et faire des spectacles. Si un artiste n’a pas de support, il ne pourra plus créer ses œuvres dont nous ne pouvons nous passer, car tout le monde a besoin de musique, ça fait partie de nos vies. Elle a plusieurs belles opportunités de travail et elle s’en considère chanceuse. Annie préfère travailler pour avoir une reconnaissance du public et non pour recevoir des Félix ou peu importe.

 

Son dernier album comporte des succès des années 60 et 70, mais réinvités à sa façon. Nous lui avons demandé pourquoi avoir fait un album ainsi et elle nous a dit que lors de festivals, les gens auraient plus tendance à être amenés à danser et chanter. Un lieu comme celui-ci n’est pas fait pour découvrir de nouvelles chansons. Comparativement à dans une salle de spectacle où les gens sont assis et sont prêts à découvrir les nouveautés des artistes.

 

Et finalement, Annie a été très claire sur le fait que le partage est l’une des choses les plus importantes pour elle. Elle veut partager cette passion avec tous les gens qui l’entourent : sa famille, ses amis, ses musiciens et surtout son public. C’est une grande chance pour nous d’avoir pu faire sa connaissance.  C’est une personne chaleureuse et très généreuse de son temps.  Nous nous sentions comme des professionnelles.  Elle nous a même fait la remarque que nos questions étaient pertinentes et bien préparées.  Merci à toi, Annie!  Pour une première nous pouvons dire que c’était un moment de pure magie!

 

2016 12 13 AnnieBlanchard

 
*

Commission scolaire
des Hauts-Bois-de-l'Outaouais

331, rue du Couvent

Maniwaki (Québec) J9E 1H5

Téléphone : 819-449-7866

Sans frais : 888 831-9606

Télécopieur : 819 449-2636

Courriel : info@cshbo.qc.ca

Copyright © Tous droits réservés CSHBO

Activé par Sogercom.com